Sortie amicale du 1er mars 2021

C’était une des premières sorties de l’année, de Paris à Chartres, particulièrement froide mais ensoleillée.

Elle nous a permis de vérifier que :

1) Il est plus facile de pédaler vent dans le dos que vent de face (merci la bise de N-E). C’est apparu à certains (Thierry) comme une révélation !

2) Pour une reprise, il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre (Simon et Nicolas).

3) Nous avons trouvé un concurrent à Ralph, grâce à la participation d’Igor, un ami de Simon. 

4) Loïc parle toujours autant qu’il pédale.

5) L’accueil merveilleux de Joëlle et Sadia, avec pique-nique royal (tartes salées et bières) change tout !

6) Le retour en train bondé avec de NOMBREUX cyclistes (parcours du CC avec un lot à gagner pour ceux qui le réalisaient ce jour- là) oblige à beaucoup de diplomatie…

Nicolas Bousquet

Escapade dans le Lubéron

Du 15 au 23 juin nous étions 4 marcheuses (Isabelle Stouls, Mary Lilian Trobo, Nuri Massana Escofet et moi Françoise Pâques) dans le Lubéron. Isabelle mise à part, nous ne sommes pas des acharnées du kilométrage et avons alterné visites de villes et villages et randos. Je ne sais pas si vous connaissez le Lubéron mais même les visites demandent un bon coup de mollet, c’est très escarpé.

Notre première étape fut Avignon

Nous logions rue des Teinturiers bordée par la Sorguette et ses roues à aube qui remplissaient d’eau les bassins des artisans. Quelques- unes ont été conservées. Ce que je retiendrai ce sont les remparts qui se découpent sur le ciel de nuit, la cité des papes qui préparait son festival, le magnifique jardin qui domine le Rhône d’où l’on voit le fameux pont Bénezet et de l’autre côté du fleuve Villeneuve-lès-Avignon. Dans cette ville forteresse résidentielle et chargée d’histoire, il fait bon vivre à l’abri des immenses lauriers roses.

Deuxième étape : Apt

Nous avions choisi cette ville parce qu’elle a un réseau de bus qui nous permettait de nous rendre dans beaucoup de communes intéressantes. Elle est très vivante avec le marché qui s’installe dans toutes les rues le dimanche. Les étals nous livrent tout ce que la Provence a de meilleur et Gilbert Bécaud ne tarde pas à envahir notre mémoire musicale. Apt est la capitale du fruit confit. Et c’est à Apt que se trouve la société des ocres de France qui les commercialise.

Rustrel, le Colorado de la Provence

            Un des plus spectaculaire site d’ocre. C’est magnifique ! La randonnée n’est  pas facile, ça grimpe, c’est escarpé mais  quand on  se retrouve  au  pied de ces falaises de couleur jaune vif, orange, rouge, blanc aux allures de canyon c’est fabuleux. Avant il y avait la mer, le sable, les algues, les coraux puis l’eau s’est retirée et de grandes transformations chimiques climatiques ont donné ces argiles : pigments naturels dont l’exploitation a beaucoup diminué. Quel dommage ! Quand on voit les façades des maisons traitées à l’ocre on regrette qu’il n’y en ait pas plus.

            Saignon

Village haut perché dominé par un rocher fortifié à l’allure de château. De là on a une vue plongeante sur la vallée : patchwork de verts, de bleu lavande et du jaune des genêts. Et c’est de là que j’ai failli prendre mon envol : un coup de vent s’est soudain engouffré dans ma cape de pluie et en un instant je me suis prise pour Mary Poppins (enfin… sa grand-mère). Pour y aller nous avons fait une véritable randonnée depuis Apt : pentes en sous-bois et clairières fleuries.

Lourmarin

De l’autre côté du massif, au cœur du parc naturel du Lubéron. Là où vécut et mourut Albert Camus. Le château composé de deux parties l’une médiévale et l’autre de style Renaissance est très intéressant à visiter, bien conservé et meublé.

L’Isle-sur-la-Sorgue

La Sorgue se divise en multiples bras et canaux qui divisent la ville en plusieurs îles ce qui fait son charme. Depuis 40 ans la brocante a forgé l’identité de la cité qui, après St Ouen et Londres, est devenue la 3ème plateforme européenne du commerce de l’antiquité.

Nous sommes rentrées à Paris avec des images vivantes, colorées, souriantes, ensoleillées plein le cœur et la tête. Ça fait du bien de s’aérer entre deux confinements.

Françoise Pâques

Le SCB s’expose ou s’explose

Le Sporting Club Bellevillois s’expose ou… s’explose ?

La chose était dans les tuyaux depuis près d’un an : il fallait marquer le coup des 80 ans du Club en 2021. Non seulement par un rallye particulier, et ce fut le cas le 6 juin dernier à Montreuil sur le thème de la Résistance, mais aussi par une exposition qui retracerait l’histoire du Club depuis sa création en 1941. Et ce, dans le respect des restrictions sanitaires dont personne ne savait ni ne sait encore vraiment quand elles cesseront. On connaît le succès remporté par le rallye du 6 juin.

Quant au projet d’exposition, langue avait été prise avec la Mairie du 20ème dès le mois de février dernier. Le Maire adjoint au Sport du 20ème, Epency Epara Epara, que nous connaissons bien a accueilli avec enthousiasme le projet en proposant de nous réserver le Salon d’Honneur (rien que ça !) dès que les conditions sanitaires le permettraient. En attendant, tout un travail de fourmi s’est poursuivi de plus belle pour construire le projet, enquêter, rechercher, rassembler le plus d’informations possibles alors qu’aucune archive du Club n’a été conservée, solliciter des adhérents actuels et passés le prêt de documents, photos, objets susceptibles d’être exposés ou de servir à la réalisation des textes de présentation, démarcher Codep, Ligue et autres pourvoyeurs de fonds (ah ! combien de courriers et coups de téléphone !) pour tenter d’obtenir quelque financement pour un chantier particulièrement ambitieux pour une mini-poignée de bénévoles.

Mais le jeu en vaut la chandelle. D’abord parce qu’on apprend beaucoup en préparant un tel évènement. Connaître l’histoire du Club, interroger la manière dont les pratiques ont évolué au fil du temps et les raisons qui permettent d’en rendre compte, change la représentation que l’on peut se faire du (dys)fonctionnement actuel du Club. Et c’est un regard plus objectif et apaisé que l’on peut alors porter sur les querelles de personnes.

Car toute l’histoire du Club depuis ses origines est parsemée de querelles de personnes. C’est le propre de toute vie associative. Ce qui fait peut-être (c’est une hypothèse que l’exposition explorera) la différence entre hier et aujourd’hui c’est la capacité des « sociétaires » comme on désignait les adhérents jusqu’au début de ce siècle, à s’identifier à l’association dans leur pratique sportive et à incarner la solidarité entre tous ses membres. 

Dans la vie associative, la solidarité est bien plus qu’une valeur morale : c’est sa raison d’être. Et là encore l’histoire de notre Club nous éclaire sur cette exigence. Pendant les années de guerre, il était interdit de pratiquer aucun sport y compris cycliste ou cyclotouriste en dehors d’une organisation. L’association apparaissait alors comme un refuge de la liberté individuelle : on se serrait les coudes face à l’oppression et à la répression. Lorsque les valeurs démocratiques sont revenues et jusque vers la fin du siècle dernier (la réflexion sur les dates est encore en travail pour cette exposition), les valeurs de la pratique associative du cyclotourisme qui s’étaient installées grâce ou malgré le climat dictatorial des années de guerre, sont devenues prévalentes : on choisissait de faire du vélo ou du cyclotourisme en association, à cause de « l’ambiance » ; et on participait activement à créer et préserver cette « ambiance ».

Aujourd’hui c’est encore autre chose : la pratique du vélo s’autonomise grâce aux applications mobile gratuites (Strava et autres Open runner) qui mettent en contact les pratiquants de façon individualisée non contraignante. Dans certains cas (comme les CC) le nombre d’adeptes est tel (+ 5000 CC à Paris) qu’on parle même de “communauté” cycliste. L’« ambiance »  que l’on trouve (mais est-ce bien celle  qu’on cherche ?) dans  cette modalité de  pratique  collective ménage la liberté de chacun de participer ou non selon ses motivation et disponibilité du moment, sans l’engager d’aucune façon au-delà du temps de la sortie. Exit l’esprit associatif, les vertus démocratiques des droits et devoirs attachés au statut d’adhérent, ses valeurs humanistes et son éthique de responsabilité qui rend individuellement capable de sublimer les divergences de points de vue, de respecter les différences entre les personnes, d’être bienveillants, parce qu’on adhère à l’exigence de solidarité qui est la raison d’être d’une association.

Consumérisme et engagement coexistent et ont toujours existé au sein de l’association ; mais ils ne donnent pas les mêmes droits parce qu’ils ne relèvent pas de la même éthique. Il faut choisir entre deux exigences : liberté avec ou sans responsabilité. Et l’on choisit toujours, même quand on décide de ne pas choisir.

Joëlle Plantier

Nocturne Bellevilloise d’automne 2021

Les modif. 

80 kms ! 

RV : 15h. 

Départ : 16h.

 

Une Nocturne modifiée

On l’avait annoncé à l’issue de la dernière édition : la prochaine Nocturne verra 3 modifications importantes :

enregistrement à partir de 15h pour un départ à 16h précises.

trajet ramené à 80 km au lieu de 100.

modification du circuit pour éviter les passages à risque en forêt.

Il s’agit de tirer les leçons de l’édition 2019 :

éviter autant que possible les retards importants à l’arrivée suite à de multiples crevaisons, voire accidents de personnes.

rendre au rallye sa vocation  : temps de rencontre, d’échange, de partage dans la convivialité, en laissant plus de temps à l’arrivée pour la distribution des récompenses et le repas qu’inaugure la traditionnelle soupe à l’oignon de Sadia.

On vous attend !

 

Randonnées Permanentes du SCB

Organisation des trois randonnées permanentes du Sporting Club Bellevillois.

Les débuts du 1 er Brevet Permanent Bellevillois sont associés à une Randonnée Pédestre de 1940 à 1943. Puis en souvenir du fondateur du Sporting Club Bellevillois, ancien résistant, les Brevets Cyclistes du S.C.B. prendront le nom de Léon Mourard. Il s’agira, tout d’abord du Critérium Cyclo-Routier qualifiant tout brevet qui n’était pas AUDAX ou RANDONNEUR. Puis du Brevet Cycliste Léon Mourard de l’Echo des Sports, contre la montre, il est devenu, Brevet Léon Mourard à allure libre.

En 2018, le règlement évolue et le brevet se nomme dorénavant le Brevet Permanent Bellevillois. Les 6 étapes régionales de plus de 60 km, qui le composent sont définies librement par le participant lui-même. Le Souvenir Léon Mourard reste lié aux Randonnées Bellevilloises de la Cipale organisées au mois de février.
Créée en 2012, la 2 e Randonnée Permanente Bellevilloise est aussi le Souvenir François Générelli, qui fut Président du SCB durant 17 années. A l’aide d’un carnet de route,  le cyclotouriste parcourra 6 étapes franciliennes de 45 à 80 km avec un total de 370 km. Ce parcours en Ile de France, relie les villes de Meaux, Melun, Etampes, Rambouillet, Mantes, et Chantilly, ainsi que les sites touristiques de Blandy-les-Tours, Dourdan, Montfort-L’amaury.

Créée en 2016, la 3 e Randonnée Permanente, le 6Cents Bellevillois, est un parcours de 6 ou 12 étapes imposées autour de la région Ile-de-France. Un carnet de route à compléter, précise que l’itinéraire à suivre relie les villes de Compiègne, Château-Thierry, Montereau, Pithiviers, Dreux et Gisors. Cette boucle traverse les sites touristiques BCN et BPF ; Provins, Donnemarie-Dontilly, Moret-sur-Loing, Château-Landon, Gallardon, Maintenon, les Andelys, Chaumont-en-Vexin, Pierrefonds, la Ferté-Milon…
Faites votre choix, nous vous souhaitons bonne route !

vous trouverez sur cette page les feuilles de route, présentations, fiche d’engagement individuel et tableau d’honneur des réalisations des randonnées.

Brevet Permanent Bellevillois (BPB)

Randonnée Permanente Bellevilloise souvenir François Générelli (RPBFG)

 

Présentation

Depuis 2012 cette randonnée cyclotouriste bellevilloise trace une seule boucle touristique de 6 étapes de 45 à 80 km, pour un total de 370 km, qui relient les villes de Meaux, Melun, Etampes, Rambouillet, Mantes, Chantilly, toutes desservies par le RER. Les cyclotouristes découvriront aussi les sites touristiques BCN–BPF : Blandy-les-Tours, Dourdan, Montfort-L’amaury. Elles ou ils pourront à leur guise réaliser une étape par jour ou plusieurs dans un sens ou dans l’autre. Pour chaque étape, la ou le cyclotouriste indiquera le jour et l’heure de départ,  fera tamponner son carnet au départ et à l’arrivée à la gare chez le commerçant ou autre, et apposera sa signature.

Un Brevet pourra être validé lorsque toutes les étapes auront été parcourues. Il n’est pas limité dans le temps. 1 étape = 1 journée. Ce Brevet certifié  gratifiera les lauréates et lauréats. Celles et ceux qui en feront la demande recevront une médaille du Sporting Club Bellevillois. Chaque année, le club  cyclotouriste du plus grand nombre de participants sera récompensé. Les Brevets validés avant novembre seront comptabilisés pour l’année en cours. A partir du 1 er novembre ils le seront sur l’année suivante. L’allure est laissée au choix des participants, Suivant les itinéraires indiqués, les routes  départementales et v.o. sont vivement conseillées ainsi que le respect du code de la route, des personnes, des communes et de la nature.

Randonnée Permanente Bellevilloise du 6Cents (RPB600)

Présentation

Depuis 2016 cette randonnée cyclotouriste propose aux participants un parcours touristique autour de l’Ile-de-France pour découvrir les régions périphériques et leur patrimoine. Tous peuvent y participer licenciés ou non, les enfants mineurs doivent être accompagnés par leur parent.

Une boucle de 600 km sera effectuée en 6 étapes de 85 à 115 km ou bien en 12 demi-étapes. Elle relie les villes de Compiègne, Château-Thierry, Montereau, Pithiviers, Dreux, Gisors toutes desservies par la SNCF excepté Pithiviers, en passant par les sites touristiques BCN et BPF ; Provins, Donnemarie-Dontilly, Moret-sur-Loing, Château-Landon, Gallardon,   aintenon, les Andelys, Chaumont-en-Vexin, Pierrefonds, la Ferté-Milon. Les participants pourront à leur guise réaliser une étape ou une demi-étape par jour ou  plusieurs dans un sens ou dans l’autre. Pour chaque demi-étape, la ou le cyclotouriste indiquera le jour et l’heure de départ, fera tamponner son carnet au départ et à l’arrivée à la gare chez le commerçant ou autre, et apposera sa signature.

Un Brevet pourra être validé lorsque toutes les étapes auront été parcourues. Il n’est pas limité dans le temps. 1 Demi- étape = 1 journée. Ce Brevet certifié gratifiera les lauréates et lauréats. Celles et ceux qui en feront la demande recevront une médaille du SCB. Chaque année, le club cyclotouriste du plus grand nombre de participants sera récompensé. Les Brevets validés avant novembre seront comptabilisés pour l’année en cours. A partir du 1 er novembre ils le seront sur l’année suivante. L’allure est laissée au choix des participants, Suivant les itinéraires indiqués, les routes départementales et v.o. sont vivement conseillées ainsi que le respect du code de la route, des personnes, des communes et de la nature.

reprise des activités !

Oyez oyez marcheurs et cyclos !

la saison reprend (presque) comme si de rien n’était, les sorties cyclo et les rando en semaine et le week end, et les rallyes du club.

Rejoignez nous, suivez les traces !